Les enseignants sont des parents comme les autres.

Le Ministère a apporté un certain nombre de précisions concernant les personnels dans une circulaire parue dans le Bulletin Officiel du 14 mai dernier. Précisions nécessaires dans un contexte de crise majeure et de reprise progressive des cours depuis le 11 mai.
L’attention portée aux personnels est explicite et le souci de protéger les agents est manifeste.
La déclinaison locale de cette circulaire fait toutefois apparaître des disparités liées à l’interprétation des textes, comme toujours dès que l’on est sur un sujet de GRH.

Ainsi, le choix laissé aux familles de scolariser ou non leur(s) enfant(s), semble ne pas s’appliquer aux enseignants dans la plupart des académies. En effet, on ne laisse pas vraiment cette possibilité aux enseignants, à qui l’on intime de placer leurs enfants dans un groupe d’accueil d’une école ou d’un college, afin que ceux-ci puissent se rendre sur leur lieu de travail.
Un enseignant est un parent comme un autre, il doit pouvoir bénéficier des mêmes droits, même si sa mission est fondamentale en cette période. Il ne s’agit pas de savoir si l’on est parents avant d’être enseignant ou l’inverse, il s’agit simplement, dans un cadre républicain, de veiller à ce que les mêmes droits s’appliquent à tous.
Nous souhaitons que le ministère apporte rapidement une réponse à ce problème qui exacerbe les tensions et provoque le résultat inverse au but recherché.

Laurent Hoefman, Président du SNE